Les Plages de Baud, un parc rennais un peu à part

Il était attendu ! Le vaste parc des Plages de Baud - qui doit son nom à sa façon de renouer avec le fleuve – a accueilli les Rennais et autres promeneurs pile à temps pour en profiter pleinement : en juin 2019.

 

Certes, la météo n’a pas permis d’inaugurer les Plages de Baud comme prévu. Mais cela n’aura pas empêché à ce parc de 4 hectares, aux ambiances et usages très variés, d’être approprié par tous.

Pour Nathalie Appéré, maire de Rennes, qui présentait le nouveau parc à la presse en juin dernier, les Plages de Baud sont une preuve qu’au-delà d’accueillir de nouveaux habitants, « Baud Chardonnet se veut un quartier à vivre ». D’autres bonnes nouvelles se sont d’ailleurs succédées depuis : le projet de groupe scolaire est aujourd’hui défini et sera livré en 2023 tandis qu’une consultation est en cours pour désigner les premiers commerces qui ouvriront leurs étals et menus au 2e semestre 2020.

 

Un grand intérêt faunistique et floristique

Mais revenons aux Plages de Baud et à ce qui fait sa spécificité parmi les parcs rennais. Aménagé par la Ville de Rennes et conçu par les paysagistes de l’agence Jacqueline Osty et Associés, les Plages de Baud sont un hommage à l’intérêt géographique mais aussi faunistique et floristique des lieux. Par sa surface et sa localisation, le nouveau parc dépasse le périmètre du quartier pour s’ouvrir à tous les Rennais.

On y rencontre des espaces boisés riches d’arbres endémiques de la région (érables, saules, aulnes, platanes), des prairies à la flore variée, des petits cours d’eau, mares et bien sûr, les berges de la Vilaine, où s’épanouissent iris, joncs, saules…

Il y a aussi ceux qui se cachent et dont on taira les lieux de prédilection : oiseaux, batraciens, insectes, lapins, faune de rivière…

 

Un parc inondable

Symbolique de la transition écologique engagée en aménagement urbain, le parc repense la place de la nature en ville, de ses cycles et changements. Il prend acte de l’inefficacité de l’ancienne digue : c’est un « parc inondable ». Tout y est pensé en ce sens : grandes plages et gradins au bord de l’eau, vastes prairies, mobilier spécifique, toilettes sèches déplaçables et paillotes aux printemps-été… Le système hydraulique compose l’espace en mettant au contact le milieu urbain et le milieu humide via l’aménagement de roselière et d’un canal paysager. Pour développer ce lien au fleuve, un grand deck et une mise à l’eau permettent de se détendre et de pratiquer les sports nautiques.

 

3 prairies / 3 ambiances

Le paysage ouvert des Plages de Baud est rythmé par 3 prairies, réunies par un ensemble de cheminements piétons accessibles aux Personnes à mobilité réduite et aux vélos. A l’est, une prairie festive est dimensionnée pour accueillir les événements. Au centre, une prairie sportive est équipée d’un terrain de volley, de mobilier de fitness et d’espaces de pratiques libres. Deux aires de jeux aux allures étonnantes y ont trouvé place pour le bonheur des plus jeunes.
A l’ouest, une prairie naturelle accueillant une roselière se veut plus calme ; elle inclue notamment une zone humide préservée de la présence humaine.

Une grande promenade longeant la Vilaine relie ces trois espaces et développe elle aussi des ambiances variées : berge naturelle, plage, deck, roselière et cale.

Autre lien entre ces espaces : des saynettes lumineuses mettent le parc en valeur la nuit, de façon mesurée et respectueuse de la faune locale.

 

Photos de C. Le Dévéhat et de J. Mignot