Passerelle Alice Milliat : des essais (très) dynamiques

Mercredi 14 octobre, les étudiants de l'IUT Génie civil Construction durable de l'Université de Rennes 1 ont été invités à "tester" la passerelle Alice Milliat.

Des essais dynamiques pour lesquels ils ont tout donné !

Les travaux de la passerelle Alice Milliat, qui relie les Plages de Baud au quartier Alphonse Guérin, ont passé une étape majeure le 3 septembre.
Mais avant que les passants et cyclistes ne profitent de ce joli raccourci, une batterie de tests était nécessaire. Sous la houlette de la maîtrise d'oeuvre (SCE) et de l'entreprise de construction (GTM Ouest - Vinci Construction), les étudiants de l'IUT Génie civil Construction durable de Rennes et leur professeure se sont prêtés au jeu, bénéficiant ainsi d'une formation grandeur nature.

En quoi consistent ces "essais dynamiques" ?

Le terme d'"essais dynamiques" est propre au vocabulaire de la construction, plus particulièrement à celui des ponts. Ils visent à analyser les réactions d'un ouvrage sous l'effet d'une charge ou d'un mouvement.

L'objectif est d'effectuer des mesures de grandeurs physiques lorsque l'ouvrage subit une charge soudaine ou un mouvement particulier pour apprécier les performances de la structure et son comportement.  

Les étudiants ont donc été invités à circuler en nombre sur la passerelle, puis à sauter et courir.
De 8h à 13h, la séance d'essais s'est déplacée de la rampe sud à la rampe Est en passant par la passerelle principale.
Ainsi, les capacités d'amortissement des vibrations et de confort de marche ont pu être enregistrées sur les différentes parties de l'ouvrage.
Ces tests indiqueront s'il est nécessaire ou non de modifier le comportement vibratoire de la structure. Si la réponse est positive, différents moyens s'offrent à la maîtrise d'oeuvre, comme l'ajout d'amortisseurs dynamiques.

Prochaine étape : la mise en service de la passerelle, le 24 novembre !


Photos de Franck Hamon